loading

Flash boursier

11/09/2017

L’essentiel en bref

 USD/CHFEUR/CHFSMIEURO STOXX 50DAX 30CAC 40FTSE 100S&P 500NASDAQNIKKEIMSCI Emerging markets
Dernier0.941.148'912.053'447.6912'303.985'113.497'377.602'461.436'360.1919'274.821'091.17
Tendance
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
%YTD-7.45%6.05%8.42%4.78%7.17%5.17%3.29%9.94%18.15%0.84%26.55%

 

En résumé :

1° Dégâts liés à l’ouragan inférieurs aux estimations
2° Situation favorable des fondamentaux économiques

Soulagement !

Les dégâts liés au passage de l’ouragan Irma sur la Floride seront bien inférieurs aux estimations des experts. Qualifié de niveau 5 avant son arrivée au large des côtes américaines, soit le plus élevé de la classification, Irma se profilait comme le plus puissant ouragan enregistré depuis que l’on tient des statistiques sur ces phénomènes. Fort heureusement, son intensité s’est réduite avec les heures et malgré de larges inondations et de nombreuses coupures d’électricité, le coût des dommages pourrait ne s’élever qu’à un quart ou un tiers des 200 milliards de dollars anticipés avant le week-end. Bien qu’élevé, ce montant ne représente qu’une fraction des USD 160 milliards en valeur actuelle du célèbre Katrina en 2005.

Ainsi, un sentiment de soulagement anime les marchés en ce début de semaine, ceci d’autant plus que Kim Jong-un n’a pas répété les provocations des deux derniers dimanches. C’est donc à nouveau dans les fondamentaux économiques que les marchés devraient rechercher leur inspiration ces prochains jours et de ce côté-là, la situation se révèle plutôt favorable. En effet, la croissance demeure, les résultats des entreprises évoluent de manière positive et les banques centrales ne semblent pas être très pressées de resserrer leur politique monétaire, à l’image des déclarations de Monsieur Draghi à la sortie de la dernière réunion de la Banque centrale européenne (BCE) soulignant qu’il est urgent d’attendre d’avoir plus de données pour prendre de nouvelles décisions de politique monétaire. A noter aussi le maintien des taux négatifs à -0.5% de la Riksbank suédoise, ceci malgré une croissance de 4% au deuxième trimestre, un taux d’inflation de 2.2% et l’envol de l’endettement des ménages. Une position extrême qui ne peut être justifiée que par la crainte de voir une appréciation non désirée de la couronne en cas de relèvement des taux.

C’est donc le marché des changes qui pourrait devenir le nouveau baromètre des banques centrales. La hausse de l’euro contre le dollar de près de 15% depuis le début de l’année a pris l’ensemble des intervenants à contre-pied et la BCE ne veut pas amplifier ce mouvement par une action unilatérale de réduction de sa stimulation quantitative. C’est donc probablement dans une phase d’observation que nous sommes rentrés. Qui osera bouger le premier ?

BMW (ISIN : DE0005190003, prix : EUR 82.52)

Le titre de Peugeot a corrigé en fin de semaine. La Direction de la répression des Fraudes (DGCCRF) accuse la société d’avoir vendu près de deux millions de véhicules équipés de moteurs frauduleux en matière d’émissions polluantes. La société a clairement démenti toute stratégie frauduleuse et a réaffirmé avec force la pertinence de ses choix technologiques.

A ce niveau nous estimons que le titre demeure justement évalué. A nos yeux le potentiel demeure plus limité. Dans le secteur, nous préférons BMW. Le chiffre d’affaires progresse imperturbablement depuis 2007, et s’établit désormais à EUR 95 milliards (+60% en dix ans). La moitié de celui-ci est réalisé en Europe, le reste se partage entre l’Amérique (30%) et l’Asie (20%). Les marges opérationnelles sont remarquablement stables (10% sur chaque exercice depuis 2010).

BMW est en train de préparer toutes ses usines à l’électrique. En 2025, 25 modèles de leur gamme seront électrifiés, la moitié en « plug-in-hybrid » et l’autre moitié en tout électrique. L’entreprise augmentera ces trois prochaines années son effort R&D, qui dépassait en 2016 les cinq milliards d’euros.

La valorisation à 7.5 fois les bénéfices estimés demeure attractive à nos yeux. Objectif : EUR 95.-

Aryzta (ISIN : CH0043238366, prix : CHF 29.83)

Le groupe en spécialités de boulangerie nomme un nouveau responsable financier en. Âgé de 49 ans Monsieur F. Pflanz dispose d’une expérience similaire auprès de Remy Cointreau et a également œuvré pour le groupe L’Oréal.

Le marché est plutôt agréablement surpris par la qualité de la personne retenue. Cette nomination vient compléter la reconstruction de l’équipe de direction après la débandade de février (démissions simultanée des CEO, CFO et responsable Amériques). Aujourd’hui le CEO et le CFO ont été recrutés et le poste « responsable Amériques » est pourvu ad intérim.

Nous anticipons des décisions à court terme dès la prise de fonction du CEO et du CFO (sept 2017 et janvier 2018 respectivement) sur les sujets chauds qui affectent le cours boursier depuis deux ans. A savoir, l’avenir de la participation dans les surgelés Picard, le niveau d’endettement ainsi que la vision stratégique générale.

Aryzta est à un tournant qui offre l’opportunité de débloquer la situation et redorer le blason de sa direction. Nous recommandons de garder la position voire même de commencer à la compléter.

 

Télécharger le Flash Boursier en format PDF

 

Ce document, purement informatif, se base sur des informations récoltées auprès de sources considérées comme fiables et à jour, sans garantie d’exactitude ou d’exhaustivité. Les marchés et produits financiers sont par nature sujets à des risques de pertes importants qui peuvent s’avérer incompatibles avec la tolérance au risque du lecteur. Les performances passées reflétées cas échéant dans ce document ne sont pas des indicateurs de résultats pour le futur. Ce document ne constitue pas un conseil ou une offre d’achat ou de vente de titres ou de quelque produit financier que ce soit à l’intention du lecteur et n’engage ainsi en aucun cas la responsabilité de la Banque. La Banque se réserve le cas échéant le droit de s’écarter des avis exprimés dans ce document, notamment dans le cadre de la gestion des mandats de ses clients et de la gestion de certains placements collectifs. La Banque est une banque suisse soumise à la surveillance et à la réglementation de l’Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers (FINMA). Elle n’est ni au bénéfice d’une autorisation, ni surveillée par un régulateur étranger. Par conséquent, la diffusion de ce document hors de Suisse, comme la vente de certains produits à des investisseurs résidents ou domiciliés hors de Suisse, peuvent être soumis à des restrictions ou à d’éventuelles interdictions en vertu de lois étrangères. Il incombe au lecteur de se renseigner quant à son statut à cet égard et de respecter les lois et règlements qui le concernent. Nous vous conseillons de consulter des conseillers professionnels qualifiés notamment en matière juridique, financière et fiscale pour déterminer votre position par rapport au contenu de la présente publication.