loading

Flash boursier

09/10/2017

L’essentiel en bref

 USD/CHFEUR/CHFSMIEURO STOXX 50DAX 30CAC 40FTSE 100S&P 500NASDAQNIKKEIMSCI Emerging markets
Dernier0.981.159'252.123'603.3212'955.945'359.907'522.872'549.336'590.1820'690.711'103.12
Trend
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
%YTD-3.98%7.10%12.56%9.51%12.85%10.23%5.32%13.87%22.42%8.25%27.93%

 

En résumé :

1° Statistiques économiques solides aux USA
2° L‘USD s‘apprécie contre toutes les principales monnaies

 

Retour sur le dollar ?

Le sentiment de prudence vis-à-vis du dollar semble gentiment s’estomper depuis la dernière réunion du directoire de la Réserve fédérale américaine (Fed). Les déclarations de Janet Yellen signalant que le resserrement de la politique monétaire devait se poursuivre et qu’il était temps de réduire la taille du bilan de la banque centrale ont précédé la publication de statistiques économiques solides aux Etats-Unis. La dernière en date concerne la hausse des salaires qui s’est établie à 2.9% sur les douze derniers mois, un chiffre qui tend à indiquer que le faible niveau de chômage commence à créer de plus en plus de pression haussière sur les rémunérations. L’augmentation des revenus est souvent un élément précurseur à une reprise de l’inflation, un facteur déterminant pour la politique monétaire. C’est en effet, la faible inflation qui a poussé la Fed à maintenir une politique très accommodante.

Si l’on considère aussi que la baisse probable des taux d’imposition pour les entreprises, actuellement en discussion au Congrès, offrirait un soutien à la croissance et provoquerait le rapatriement d’une partie des bénéfices accumulés à l’étranger, les étoiles semblent s’aligner pour le billet vert. Celui-ci s’est d’ailleurs beaucoup mieux comporté ces dernières semaines, gagnant du terrain contre toutes les principales monnaies. Malgré cette récente fermeté, les positions spéculatives baissières restent très élevées, soulignant le scepticisme ambiant sur la durabilité de ce mouvement.

Bien que peu probables, certains événements pourraient toutefois remettre en cause ce scénario positif pour le dollar. Parmi ceux-ci, un dérapage de la situation nord-coréenne ou l’impossibilité de l’administration Trump de mettre sur pied une nouvelle législation fiscale crédible. De plus, n’oublions pas que plusieurs gouverneurs de la Fed vont changer à la fin de l’année, ce qui pourrait remettre en question la tendance actuelle d’un resserrement progressif de la politique monétaire.

La perspective d’un dollar plus fort et l’important différentiel de taux entre le franc suisse et le dollar, nous amène à renforcer nos positions dans la monnaie américaine.

EMS-Chemie Holding AG (ISIN : CH0016440353, prix : CHF 633.50)

Le fabriquant de plastiques de haute performance publie des chiffres de ventes sur les neuf premiers mois de l’année. Ces derniers s’inscrivent en hausse de 6.7% parfaitement en ligne avec les attentes du marché.

Le groupe a recentré son activité sur la division polymères qui représente plus de 87% de son chiffre d’affaires et ce, à juste titre, car cette division affiche également la meilleure croissance des ventes (7.3%). EMS-Chemie a montré une grande résistance aux phases de ralentissement économique grâce à un contrôle strict des coûts et à de très bons choix stratégiques.

Le groupe n’a pas de dette et dispose d’une trésorerie de plus de CHF 370 mios. Toutefois EMS dépend pour plus de 50% de son chiffre d’affaires de la vente de composants plastiques au secteur automobile. Cette concentration sectorielle l’expose de facto aux changements de tendance de cette industrie.

Le titre se traite avec une prime nette par rapport au secteur, qui se justifie en partie par l’excellence de la société. La valorisation actuelle nous semble cependant élevée à 30 fois les bénéfices 2018.

Techniquement le cours boursier pourrait se replier dans la zone des CHF 560.-, ce qui constituerait une zone d’achat.

Sanofi (ISIN : FR0000120578, prix : EUR 86.26)

Le laboratoire français Sanofi s’apprêterait à lancer le processus de cession de ses activités de médicaments génériques en Europe, commercialisés sous la marque Zentiva. Sanofi en escompterait jusqu’à trois milliards d’euros.

La société aurait mandaté en ce sens deux banques d’affaires, Rotschild et JPMorgan. Cette activité a réalisé un chiffre d’affaires de 800 millions d’euros en 2015. Elle est solide et rentable. Cependant pour continuer de gagner des parts de marché, Sanofi devrait s’étendre dans d’autres segments dans lesquels elle n’est pas très bien positionnée.

En revanche, le groupe est décidé à conserver son activité de médicaments génériques ailleurs dans le monde, car un tel portefeuille est idéal pour partir à l’assaut des pays émergents. De nombreux fonds d’investissement auraient déjà manifesté leur intérêt. Parmi eux Blackstone, CVC, Carlyle et Advent.

Olivier Brandicourt, arrivé à la tête de Sanofi en avril 2015, a engagé une remise à plat de la stratégie du groupe.

Garder, objectif : EUR 95.-

 

Télécharger le Flash Boursier en format PDF

 

Ce document, purement informatif, se base sur des informations récoltées auprès de sources considérées comme fiables et à jour, sans garantie d’exactitude ou d’exhaustivité. Les marchés et produits financiers sont par nature sujets à des risques de pertes importants qui peuvent s’avérer incompatibles avec la tolérance au risque du lecteur. Les performances passées reflétées cas échéant dans ce document ne sont pas des indicateurs de résultats pour le futur. Ce document ne constitue pas un conseil ou une offre d’achat ou de vente de titres ou de quelque produit financier que ce soit à l’intention du lecteur et n’engage ainsi en aucun cas la responsabilité de la Banque. La Banque se réserve le cas échéant le droit de s’écarter des avis exprimés dans ce document, notamment dans le cadre de la gestion des mandats de ses clients et de la gestion de certains placements collectifs. La Banque est une banque suisse soumise à la surveillance et à la réglementation de l’Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers (FINMA). Elle n’est ni au bénéfice d’une autorisation, ni surveillée par un régulateur étranger. Par conséquent, la diffusion de ce document hors de Suisse, comme la vente de certains produits à des investisseurs résidents ou domiciliés hors de Suisse, peuvent être soumis à des restrictions ou à d’éventuelles interdictions en vertu de lois étrangères. Il incombe au lecteur de se renseigner quant à son statut à cet égard et de respecter les lois et règlements qui le concernent. Nous vous conseillons de consulter des conseillers professionnels qualifiés notamment en matière juridique, financière et fiscale pour déterminer votre position par rapport au contenu de la présente publication.