loading

Contact

Flash boursier

21/12/2020

L’essentiel en bref

 USD/CHFEUR/CHFSMIEURO STOXX 50DAX 30CAC 40FTSE 100S&P 500NASDAQNIKKEIMSCI Emerging MArkets
Dernier0.881.0810'523.863'545.7413'630.515'527.845'935.983'709.4112'755.6426'763.391'268.36
Tendance
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
%YTD-8.70%-0.31%-0.88%-5.32%2.88%-7.53%-21.30%14.81%42.16%13.13%13.79%

 

En résumé :

1. Suspension des liaisons avec l’UK dans plusieurs pays

2. La Fed laisse les taux inchangés et continue l’achat d’obligations

 

La « variante anglaise » du Coronavirus-19 relance les craintes

Les craintes suscitées par la « variante anglaise » du Coronavirus-19 plombent les marchés boursiers en ce début de semaine. Cette mutation du virus, avec potentiellement une capacité de transmission plus élevée, serait hors de contrôle selon les autorités sanitaires britanniques. Les avancées sur le front du vaccin, avec l’autorisation en urgence du vaccin de Moderna par la FDA, passent au second plan. Les implications sont diverses, avec des nouvelles mesures restrictives d’activité (lockdowns, suspension pour 48 heures des liaisons avec le Royaume-Uni par plusieurs pays du continent et le Canada). La nouvelle ondée de virus pourrait compliquer la campagne de vaccination qui débute et rendre le chemin du retour à la normalité économique très cahotant. Ceci pourrait provoquer notamment un frein à la demande d’énergie, qui déjà peine à reprendre, et la rechute du cours du pétrole. Le manque de progrès sur le front du Brexit entraîne aussi un repli de la livre sterling. Des différences significatives demeurent entre les parties, comme par exemple l’accord sur les droits de pêche.

La bonne nouvelle en provenance des Etats-Unis, avec la finalisation d’un plan de soutien budgétaire portant sur un montant d’USD 900 mrds qui, après des mois de tergiversations entre républicains et démocrates, sera voté au Congrès ce lundi, se retrouve pratiquement escamotée.

A l’issue de sa réunion le 16 décembre, la Fed a laissé les taux inchangés à zéro et indiqué vouloir continuer ses achats d’obligations, au rythme d’au moins USD 120 mrds par mois, jusqu’à ce que l’économie américaine retourne au plein emploi et l’inflation à 2%. Ces achats de titres avec des conditions monétaires accommodantes supportent les flux de crédit aux entreprises et aux ménages. A la déception des investisseurs, la banque centrale n’a pas annoncé une augmentation de la duration de ses acquisitions d’actifs, qui restent pour l’essentiel à court-terme. La Fed a relevé ses prévisions économiques, la chute du PIB US pour 2020 étant ramenée à -2.4% et la hausse pour 2021 à 4.2%.

Du côté de l’économie, les statistiques chinoises, conformes aux attentes, ont conforté les investisseurs sur la solidité de la reprise. La production industrielle a progressé de 7% et les ventes au détail de 5.3%. Dans la zone euro les chiffres étaient aussi encourageants. En Allemagne notamment, l’indicateur IFO du climat des affaires s’est redressé à 92.1 et les indices PMI des directeurs d’achats (manufacturier à 58.6 et services à 47.7) ont dépassé les attentes. Outre-Atlantique, les données étaient par contre décevantes, avec une baisse des ventes au détail de 1.1%.

 

Un Stimulus comme cadeau de Noël

Dimanche républicains et démocrates au Congrès se sont enfin mis d’accord sur un nouveau paquet de stimulus de USD 900 milliards pour venir en aide aux ménages et aux entreprises face à la crise de coronavirus. Ce stimulus doit encore être voté ce lundi à la Chambre des représentants au Sénat et ensuite obtenir l’aval du Président Trump.

Le plan de relance tant attendu, après un débat intense entre les deux partis opposés de près de 5 mois, prévoit des versements directs aux foyers américains, une hausse des allocations chômage et des milliards d’aide aux petites entreprises.

Le secteur aérien va recevoir une enveloppe de Noël de USD 15 milliards qui va permettre aux compagnies de redonner du travail à plus de 32’000 salariés jusqu’en mars prochain.

Passant de 2’000 milliards à 900 milliards, et après avoir été attendu depuis cet été, l’annonce de ce nouveau plan n’a pas su « stimuler » les marchés, au vu de l’ouverture en rouge de ce matin face aux mauvaises nouvelles du coté sanitaire. Après les USD 2’300 milliards de mars, ce plan de relance est l’un des plus importants de l’histoire des Etats-Unis.

Nous l’avons bien compris, 2020 aura été l’année de tous les records au niveau des plans de relance pour maintenir les marchés à flot à coup d’intervention des banques centrales et de stimulus budgétaire de la part des gouvernements. Le mot stimulus est indéniablement devenu un terme financier en lieu et place des termes originels d’analyse financière tels que croissance organique, price earning ou encore cash-flow. Les investisseurs ont été galvanisés par l’annonce de stimulus, qui a vite fait d’éradiquer la bonne vieille valorisation.

 

Télécharger le Flash Boursier en format PDF

 

Ce document, purement informatif, se base sur des informations récoltées auprès de sources considérées comme fiables et à jour, sans garantie d’exactitude ou d’exhaustivité. Les marchés et produits financiers sont par nature sujets à des risques de pertes importants qui peuvent s’avérer incompatibles avec la tolérance au risque du lecteur. Les performances passées reflétées cas échéant dans ce document ne sont pas des indicateurs de résultats pour le futur. Ce document ne constitue pas un conseil ou une offre d’achat ou de vente de titres ou de quelque produit financier que ce soit à l’intention du lecteur et n’engage ainsi en aucun cas la responsabilité de la Banque. La Banque se réserve le cas échéant le droit de s’écarter des avis exprimés dans ce document, notamment dans le cadre de la gestion des mandats de ses clients et de la gestion de certains placements collectifs. La Banque est une banque suisse soumise à la surveillance et à la réglementation de l’Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers (FINMA). Elle n’est ni au bénéfice d’une autorisation, ni surveillée par un régulateur étranger. Par conséquent, la diffusion de ce document hors de Suisse, comme la vente de certains produits à des investisseurs résidents ou domiciliés hors de Suisse, peuvent être soumis à des restrictions ou à d’éventuelles interdictions en vertu de lois étrangères. Il incombe au lecteur de se renseigner quant à son statut à cet égard et de respecter les lois et règlements qui le concernent. Nous vous conseillons de consulter des conseillers professionnels qualifiés notamment en matière juridique, financière et fiscale pour déterminer votre position par rapport au contenu de la présente publication.