loading

Flash boursier

26/02/2018

L’essentiel en bref

 USD/CHFEUR/CHFSMIEURO STOXX 50DAX 30CAC 40FTSE 100S&P 500NASDAQNIKKEIMSCI Emerging MArkets
Dernier0.941.158'948.193'441.4612'483.795'317.377'244.412'747.307'337.3921'892.781'216.43
Tendance
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
%YTD-3.95%-1.66%-4.62%-1.78%-3.36%0.09%-5.77%2.76%6.29%-3.83%5.00%

En résumé :

Expansion du déficit budgétaire américain

Indices directeurs plus faibles en Europe

Accalmie sur les marchés

Le récent choc de volatilité sur les marchés financiers, après une période prolongée de tranquillité, montre que lorsque la politique monétaire, qui a été très accommodante pendant très longtemps, annonce un changement, cela avec un ton plus ferme, peut s’avérer très déstabilisant pour les investisseurs. Il y aura aussi plus d’offre à absorber avec un volume accru d’émissions d’obligations du Trésor suite à l’expansion du déficit budgétaire américain.

A l’approche du seuil de 3% sur le rendement des obligations du Trésor à dix ans, qui n’a plus été touché depuis janvier 2014, les taux se sont toutefois quelque peu calmés. Le rapport semi-annuel de la Réserve fédérale (Fed) sur la politique monétaire n’est pas venu renforcer le ton un peu plus haussier des « minutes » juste publiées de sa dernière réunion. Celles-ci ont signalé une confiance accrue dans des perspectives d’inflation en 2018 mais aussi, et c’est ce qu’il nous semble important de retenir, qu’une croissance économique plus soutenue va accompagner ce processus. Ceci augmente la probabilité qu’un resserrement de politique monétaire est approprié mais comporte un élément très rassurant.

Par ailleurs, en Europe les indices des directeurs d’achats étaient plus faibles que prévu, ce qui a également calmé les tensions sur les rendements obligataires et a entrainé un rebond des marchés boursiers.

Dans le contexte actuel, les investisseurs s’interrogent sur l’éventuelle accélération du resserrement monétaire par la Fed. Ils anticipent désormais quatre hausses en 2018 contre trois encore projetées par l’institut monétaire. Ils essayent aussi de deviner à quel niveau les fonds de pension américains et les institutions gouvernementales étrangères sont susceptibles d’augmenter la duration de leurs placements obligataires. A cet égard, 3% est une résistance critique à observer car son franchissement pourrait, du point de vue de l’analyse technique, faire basculer les taux d’intérêt dans un environnement haussier de long terme.

Ce mardi, Jerome Powel, le nouveau président de Fed, sera auditionné par la commission des services financiers de la chambre des représentants. Nous ne pensons pas que lors de cette première intervention il signale de véritable rupture, qui serait propre à perturber les marchés, par rapport à la politique menée par Janet Yellen.

Nous nous attendons donc à une semaine relativement calme sur les marchés, avec peu d’indicateurs économiques publiés.

Swiss Re (ISIN : CH0126881561, prix : CHF 97.44)

Le réassureur publie ses résultats 2017 meilleurs qu’attendu malgré l’année 2017 qui aura enregistré un nombre impressionnant de catastrophes engendrant des coûts pour plus de CHF 5 mrds.

Le léger bénéfice positif annoncé a également bénéficié d’un petit effet comptable favorable lié à la réforme fiscale américaine. Bonne nouvelle pour les investisseurs : Swiss Re projette d’augmenter le dividende de CHF 4.85 à CHF 5.00 (rendement de 5%). De plus, le groupe lancera un plan de rachat d’actions d’un montant de 3% de son capital (soit CHF 1 mrd au total).

Des discussions avec le groupe japonais Softbank sont en cours mais la forme du rapprochement évoqué n’est pas définie à ce stade (partenariat commerciale, prise de participation ?). Le seul élément précis donné par Swiss Re est qu’ils excluent une augmentation de capital, ce qu’auraient pu craindre les investisseurs.

En conclusion, le groupe est bien capitalisé et offre un excellent dividende. Sa valorisation est très raisonnable à 10 fois les bénéfices 2018, bien que cela soit parfaitement en ligne avec les titres du secteur de la réassurance.

Garder, objectif de cours : la zone des CHF 105.-

Ingenico (ISIN : FR0000125346, prix : EUR 73.04)

Le titre du spécialiste des terminaux de paiement a décroché de plus de 20% sur les deux dernières séances de la semaine, suite à des prévisions 2018 décevantes. Pourtant, Ingenico a dévoilé des résultats 2017 au-dessus des attentes. Le chiffre d’affaires du quatrième trimestre, en hausse de 14% à EUR 692 mios, est ainsi supérieur d’EUR 50 mios aux attentes des analystes et aux EUR 658 mios du consensus.

L’excédent brut d’exploitation est, lui aussi, meilleur qu’attendu, en hausse de 10% sur l’année à EUR 526 mios et la rentabilité, à 21%, progresse ainsi de 40 points de base. Mais le titre du spécialiste des transactions sécurisées a été pénalisé par des prévisions 2018, jugées décevantes. Contrairement à son habitude, le groupe n’a pas communiqué d’objectif de ventes pour cette année, mais cette déception n’est pas la seule. Ingenico anticipe un bénéfice entre EUR 545 et 570 mios (contre EUR 593 mios attendu), intégrant un effet de change négatif d’EUR 25 à 30 millions.

Toutefois, la société est plus optimiste à moyen terme, visant une croissance annuelle moyenne à deux chiffres de son bénéfice brut sur 2018-2020, comptant dépasser les EUR 700 mios en 2020. Sous réserve d’un bouleversement majeur dans l’industrie (type abandon des cartes de paiement), le risque nous apparait limité.

Titre à surveiller. Potentiel candidat pour un reverse convertible.

 

Download the Flash boursier (pdf)

 

Ce document, purement informatif, se base sur des informations récoltées auprès de sources considérées comme fiables et à jour, sans garantie d’exactitude ou d’exhaustivité. Les marchés et produits financiers sont par nature sujets à des risques de pertes importants qui peuvent s’avérer incompatibles avec la tolérance au risque du lecteur. Les performances passées reflétées cas échéant dans ce document ne sont pas des indicateurs de résultats pour le futur. Ce document ne constitue pas un conseil ou une offre d’achat ou de vente de titres ou de quelque produit financier que ce soit à l’intention du lecteur et n’engage ainsi en aucun cas la responsabilité de la Banque. La Banque se réserve le cas échéant le droit de s’écarter des avis exprimés dans ce document, notamment dans le cadre de la gestion des mandats de ses clients et de la gestion de certains placements collectifs. La Banque est une banque suisse soumise à la surveillance et à la réglementation de l’Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers (FINMA). Elle n’est ni au bénéfice d’une autorisation, ni surveillée par un régulateur étranger. Par conséquent, la diffusion de ce document hors de Suisse, comme la vente de certains produits à des investisseurs résidents ou domiciliés hors de Suisse, peuvent être soumis à des restrictions ou à d’éventuelles interdictions en vertu de lois étrangères. Il incombe au lecteur de se renseigner quant à son statut à cet égard et de respecter les lois et règlements qui le concernent. Nous vous conseillons de consulter des conseillers professionnels qualifiés notamment en matière juridique, financière et fiscale pour déterminer votre position par rapport au contenu de la présente publication.