loading

Flash boursier

18/06/2018

L’essentiel en bref

 USD/CHFEUR/CHFSMIEURO STOXX 50DAX 30CAC 40FTSE 100S&P 500NASDAQNIKKEIMSCI Emerging MArkets
Dernier1.001.168'642.603'505.0213'010.555'501.887'633.912'779.667'746.3822'851.751'113.76
Tendance
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
%YTD2.39%-1.10%-7.88%0.03%0.72%3.56%-0.70%3.97%12.21%0.38%-3.86%

En résumé :

1. La Fed a relevé son taux directeur

2. Le marché anticipe une hausse de taux en Europe

La semaine des Banques centrales

En ce qui concerne les banques centrales, la semaine dernière a probablement été la plus chargée de l’année. En somme, tout s’est passé comme anticipé par les marchés financiers, à exception de la Banque centrale européenne (BCE). Le président de celle-ci, Mario Draghi, s’est exprimé par rapport au programme d’achat d’obligations et au timing de la première hausse de taux. Ce discours était attendu par les investisseurs pour la séance du mois de juillet. La BCE a déclaré qu’elle mettra fin à son programme d’achat d’obligations fin 2018. En plus, le volume d’achat, qui est actuellement de 30 milliards d’euros par mois, se poursuivra jusqu’à fin septembre, puis le montant sera réduit à 15 milliards pour les derniers 3 mois. En outre, il a averti que son taux directeur n’augmentera pas avant l’été 2019.

L’annonce de la BCE est intervenue seulement quelques heures après que la Réserve fédérale américaine (Fed) a relevé son taux d’intérêt pour la deuxième fois cette année. Jerome Powel, le président de la Fed, a signalé deux hausses supplémentaires des taux d’intérêt américains pour l’année en cours. Il a déclaré, lors de la conférence de presse, que cette décision était un nouveau signe que l’économie est en bonne forme avec un faible taux de chômage.

L’euro et les taux de rendement européens ont chuté après que la BCE a promis de maintenir les taux d’intérêt inchangés à leur plus bas historique. Le marché financier est en train d’anticiper une première hausse de taux en Europe pour l’automne 2019.

Ce jeudi, c’est au tour de la Banque nationale suisse (BNS) de s’exprimer sur l’évaluation de sa politique monétaire. Comme à son habitude, la BNS ne commentera pas les projets de la BCE. Cependant, le fait que cette dernière accorde du temps au relèvement de ses taux d’intérêt a néanmoins un impact sur la politique monétaire de la BNS. Même si certains analystes anticipent une hausse de taux prochainement, notre opinion est que la BNS continuera à s’orienter en fonction de la BCE afin d’éviter une réévaluation du franc suisse. Nous n’attendons pas que la BNS augmente son taux d’intérêt directeur avant l’été 2019.

Adecco (ISIN CH0012138605, prix : CHF 60.38)

Après une publication en demi-teinte en mai, nous revenons sur Adecco. Les résultats ont été affectés par des effets ponctuels (grèves/investissement stratégique/épidémie de grippe) mais la croissance organique de 6% reste forte.

Deux initiatives innovantes sur le marché français (27% du chiffre) méritent d’être relevées :

  • Dès 2016 Adecco a lancé « la grande école de l’alternance » dont les objectifs sont d’adapter l’offre de candidats à la demande des filiers qui en manquent. Pour les préparateurs de commande/magasiniers/téléconseillers plus de 100’000 missions (15% du total annuel) n’ont pu être attribuées faute de candidats aux qualifications adéquates.
  • La mise sur pied d’une plateforme permettant aux indépendants en France (entre 800’000 et 3 mios selon les sources) de gagner en visibilité auprès des grands groupes en quête de ressources externes.

N’affichant pas d’offres d’emploi, la plateforme développée en partenariat avec Microsoft offre aux indépendants une palette de services leur permettant de se concentrer sur leur métier (comptabilité/service juridique/assurance négociée en gros/délai de paiement garanti max. 72 heures, etc.). Le développement du marché des indépendants est une tendance mondiale. Adecco estime qu’il pourrait atteindre à terme 3 fois la taille du marché temporaire.

Notre recommandation : Acheter. Le titre fait partie de notre liste de proposition d’achat.

Casino (ISIN : FR0000125585, prix : EUR 33.78)

La société a annoncé un vaste plan de cessions d’actifs destiné à alléger sa dette, source d’inquiétude du marché. L’endettement du groupe atteignait plus de 4 milliards d’euros à la fin de l’année dernière. Le titre a été malmené récemment et reste proche d’un plus bas historique.

Casino prévoit de céder pour 1.5 milliards d’euros d’actifs. Les cessions concerneraient notamment des actifs immobiliers. L’entreprise va probablement vendre certains murs de magasins, notamment de supermarchés Monoprix situés dans des zones recherchées à Paris.

Casino a par ailleurs confirmé ses objectifs pour 2018. L’entreprise table sur une progression de plus de 10% du résultat opérationnel en France. Ce plan est susceptible de poser un plancher pour le cours.

Avis de la gestion : les prévisions rassurantes et les cessions projetées devraient permettre une revalorisation du titre dans les prochains mois.

Télécharger le Flash Boursier en format PDF

 

Ce document, purement informatif, se base sur des informations récoltées auprès de sources considérées comme fiables et à jour, sans garantie d’exactitude ou d’exhaustivité. Les marchés et produits financiers sont par nature sujets à des risques de pertes importants qui peuvent s’avérer incompatibles avec la tolérance au risque du lecteur. Les performances passées reflétées cas échéant dans ce document ne sont pas des indicateurs de résultats pour le futur. Ce document ne constitue pas un conseil ou une offre d’achat ou de vente de titres ou de quelque produit financier que ce soit à l’intention du lecteur et n’engage ainsi en aucun cas la responsabilité de la Banque. La Banque se réserve le cas échéant le droit de s’écarter des avis exprimés dans ce document, notamment dans le cadre de la gestion des mandats de ses clients et de la gestion de certains placements collectifs. La Banque est une banque suisse soumise à la surveillance et à la réglementation de l’Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers (FINMA). Elle n’est ni au bénéfice d’une autorisation, ni surveillée par un régulateur étranger. Par conséquent, la diffusion de ce document hors de Suisse, comme la vente de certains produits à des investisseurs résidents ou domiciliés hors de Suisse, peuvent être soumis à des restrictions ou à d’éventuelles interdictions en vertu de lois étrangères. Il incombe au lecteur de se renseigner quant à son statut à cet égard et de respecter les lois et règlements qui le concernent. Nous vous conseillons de consulter des conseillers professionnels qualifiés notamment en matière juridique, financière et fiscale pour déterminer votre position par rapport au contenu de la présente publication.