Flash boursier | Banque Bonhôte


loading

Flash boursier

06/08/2018

L’essentiel en bref

 USD/CHFEUR/CHFSMIEURO STOXX 50DAX 30CAC 40FTSE 100S&P 500NASDAQNIKKEIMSCI Emerging MArkets
Dernier0.991.159'158.003'482.4012'615.765'478.987'659.102'840.357'812.0222'525.181'073.33
Tendance
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
%YTD2.02%-1.68%-2.39%-0.62%-2.34%3.13%-0.37%6.24%13.16%-1.05%-7.35%

En résumé :

1. Le Japon est devenu le 2e marché boursier mondial

2. Le yuan continue de s’affaiblir

Le Japon détrône la Chine

La Chine vient de perdre son rang de deuxième marché boursier mondial, dépassée par le Japon. Après la récente chute, les actions chinoises valent 6.09 trillions de dollars et celles du Japon 6.17 trillions de dollars selon les données compilées par Bloomberg. Les Etats-Unis ont le plus grand marché boursier du monde avec un peu plus de 31 trillions de dollars. Le marché boursier chinois avait dépassé le Japon fin 2014, pour ensuite atteindre un sommet historique de 10 trillions de dollars en juin 2015.

Les actions chinoises ont été durement frappées cette année en raison du conflit commercial avec les Etats-Unis. Cependant, il existe d’autres raisons qui causent leur sous-performance. La Chine est en processus de désendettement, plus précisément elle essaie de freiner la croissance excessive dans les zones les plus risquées du marché de crédit. Les conditions d’emprunts se sont durcies en 2018 mais la situation est sous contrôle car elle est en grande partie un résultat délibéré de la politique chinoise.

L’indice composite de Shanghai a perdu plus de 16% en 2018 pour figurer parmi les moins performants au monde. Les valeurs industrielles et technologiques font partie des plus faibles en Chine. Le gouvernement chinois, composé des 25 plus hauts dirigeants du Parti Communiste, a indiqué la semaine dernière que les décideurs politiques se concentreront davantage sur leur campagne de désendettement.

Perdre la deuxième place est un rappel que le rôle de la Chine sur les marchés financiers mondiaux – même s’il est important – ne correspond pas à sa puissance économique. Le yuan s’est affaibli de plus de 8% par rapport au dollar au cours des six derniers mois, et il y a peu de signes que la banque centrale soit intervenue sur le marché des devises. La monnaie chinoise est en baisse pour la 8ème semaine consécutive, soit la plus longue durée depuis le début du régime des taux de change moderne du pays en 1994. Le taux de change de sept yuans pour un dollar est considéré comme important, car il pourrait être le point où la Chine interviendrait pour arrêter le déclin, de peur que d’autres pertes importantes ne provoquent des ventes et des sorties de capitaux.

A notre avis, la situation avec le yuan et la bourse chinoise devient trop extrême. Il s’agit juste d’une question de temps pour que la Chine retrouve le second rang mondial.

Swatch Group AG (ISIN : CH0012255151, prix : CHF 443.30)

Le cours de bourse du numéro un mondial de l’horlogerie traverse une mauvaise passe. En effet, le titre a clôturé en baisse sur huit séances consécutives, sans raison apparente.

L’entreprise a publié des chiffres encourageants le 17 juillet dernier, bouclant un premier semestre sans précédent. Le chiffre d’affaires a progressé de 14.7% et le bénéfice net affiche +66% par rapport au même moment en 2017. Même si la croissance au 2e semestre devrait ralentir à cause d’une base de comparaison élevée, l’horizon paraît dégagé pour Swatch Group. Les chiffres des exportations horlogères ont également révélé une croissance vigoureuse, surtout du côté de l’Asie.

Mais, à chacune des séances depuis le 23 juillet, le cours d’ouverture est le plus haut de la journée et les ventes s’accumulent, pour terminer la journée au plus bas. C’est également une conséquence de la faible liquidité des marchés dû à la période des vacances.

Cette correction nous semble injustifiée et le prix actuel est un bon point d’entrée.

Notre recommandation : Acheter, objectif CHF 495.-. Le titre fait partie de notre liste de propositions d’achat.

Apple (ISIN : US0378331005, prix : USD 207.99)

Les résultats annoncés par Apple pour son 3e trimestre fiscal ont défié les augures avec notamment un chiffre d’affaires en augmentation de 17% sur un an pour s’établir à USD 53.3 mrds. Les perspectives commerciales et financières réjouissantes pour le 4e trimestre ont électrisé les investisseurs et la capitalisation boursière a franchi la barre mythique des mille milliards de dollars.

Les ventes de Mac et d’IPhone ralentissent comme prévu mais se concentrent sur les produits haut de gamme. L’IPhone X est le modèle le plus demandé ce qui a augmenté le prix de vente unitaire. Si Apple détient seulement 15% de part de marché sur le smartphone, dépassée par le Coréen Samsung et récemment par le Chinois Huawei, elle réussit à capturer 50% des revenus et près de 87% des bénéfices sur ce segment. La marque est particulièrement forte en Asie avec 31% des revenus en provenance de la région.

Le modèle d’affaires s’oriente vers une part croissante de revenus réguliers, provenant des services (+31% et USD 9.5 mrds de chiffre d’affaires), des abonnements et des logiciels. Apple dispose de près d’USD 240 mrds de liquidités et a annoncé un programme de rachat de titres gigantesque à USD 100 mrds. En outre, le dividende versé aux actionnaires sera augmenté.

Avis sur le titre : encore du potentiel de hausse.

 

Télécharger le Flash Boursier en format PDF

 

Ce document, purement informatif, se base sur des informations récoltées auprès de sources considérées comme fiables et à jour, sans garantie d’exactitude ou d’exhaustivité. Les marchés et produits financiers sont par nature sujets à des risques de pertes importants qui peuvent s’avérer incompatibles avec la tolérance au risque du lecteur. Les performances passées reflétées cas échéant dans ce document ne sont pas des indicateurs de résultats pour le futur. Ce document ne constitue pas un conseil ou une offre d’achat ou de vente de titres ou de quelque produit financier que ce soit à l’intention du lecteur et n’engage ainsi en aucun cas la responsabilité de la Banque. La Banque se réserve le cas échéant le droit de s’écarter des avis exprimés dans ce document, notamment dans le cadre de la gestion des mandats de ses clients et de la gestion de certains placements collectifs. La Banque est une banque suisse soumise à la surveillance et à la réglementation de l’Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers (FINMA). Elle n’est ni au bénéfice d’une autorisation, ni surveillée par un régulateur étranger. Par conséquent, la diffusion de ce document hors de Suisse, comme la vente de certains produits à des investisseurs résidents ou domiciliés hors de Suisse, peuvent être soumis à des restrictions ou à d’éventuelles interdictions en vertu de lois étrangères. Il incombe au lecteur de se renseigner quant à son statut à cet égard et de respecter les lois et règlements qui le concernent. Nous vous conseillons de consulter des conseillers professionnels qualifiés notamment en matière juridique, financière et fiscale pour déterminer votre position par rapport au contenu de la présente publication.