loading

24/04/2017

Flash boursier

En savoir plus

Flash boursier

24/04/2017

L’essentiel en bref

 USD/CHFEUR/CHFSMIEURO STOXX 50DAX 30CAC 40FTSE 100S&P 500NASDAQNIKKEIMSCI Emerging markets
Dernier1.001.078'553.993'440.2712'048.575'059.207'114.552'348.695'910.5218'620.75961.78
Tendance
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
%YTD-2.31%-0.32%4.06%4.55%4.94%4.05%-0.40%4.91%9.80%-2.58%11.54%

 

En résumé :

1° Soulagement suite au vote du 1er tour des présidentielles françaises
2° La croissance mondiale se renforce 

Marcher main dans la main pour ne pas trébucher

Bouillonnement antisystème, piège du vote utile face à l’indécision et effondrement de popularités des partis traditionnalistes : le premier tour de l’élection présidentielle française marque l’épuisement d’institutions accordant au président un pouvoir important et porte au second tour deux candidats aux visions radicalement différentes. En effet, tout semble les opposer : le premier préconise une France qui accompagne le changement, se libéralise et poursuit la construction européenne, tandis que la seconde souhaite se protéger derrière des frontières, stigmatise la religion et rêve une souveraineté retrouvée – s’opposant ainsi à la globalisation.

Un sentiment de soulagement collectif plane donc sur les marchés financiers à l’annonce des résultats donnant le candidat social-libéral, Emmanuel Macron, en tête et potentiellement vainqueur lors du second tour. Plus spécifiquement, l’euro enregistre sa plus forte appréciation en cinq mois, tandis que le yen – qui face aux récentes tensions géopolitiques s’était progressivement renforcé – témoigne de la plus importante dépréciation en quatre ans par rapport à la monnaie unique. De manière globale, les actifs à risque profitent tous, plus ou moins, de l’éloignement temporaire du risque politique.

De l’autre côté de l’Atlantique, Donald Trump célébrera ses cent premiers jours à la Maison blanche. Malgré l’avalanche de signatures de décrets présidentiels, la plupart de ses actions ont, pour le moment, eu un caractère bien plus symbolique que substantiel. On observe que sa déroutante capacité à changer d’opinion ainsi que son incapacité à faire passer les réformes face au Congrès,  entament l’enthousiasme des acteurs économiques. En effet, le dollar se replie, les actions américaines atteignent un plateau et les taux longs baissent. Le soi-disant « Trump-Trade » serait-il sur le point de s’essouffler ? 

Finalement, l’assemblée annuelle de printemps du FMI et de la Banque mondiale vient de se clore à Washington. Le rapport final témoigne d’une économie « En Marche » vers une reprise, car la croissance mondiale est attendue à 3.5% en 2017 et les projections sont positives pour de nombreux pays. Tout comme en France, pour que l’espoir de cette reprise ne trébuche pas, il faudra qu’elle marche main dans la main avec des réformes plus inclusives, lui permettant d’apaiser la colère nationaliste.  

L’Oréal (ISIN : FR0000120321 / Prix EUR 180.8)

La société a annoncé des résultats solides grâce à la bonne tenue de sa division luxe et au rebond des marchés émergents.

Le numéro un mondial des cosmétiques a vu son chiffre d’affaires grimper de 7.5% à plus de 7 milliards d’euros au premier trimestre.

La consommation de produits de luxe a été très vigoureuse, en particulier en Asie, et a permis au groupe de contrebalancer des performances plus faibles des trois autres divisions en début d’année.

L’Oréal a par ailleurs confirmé ses objectifs annuels de hausse des ventes et des résultats.

Le groupe s’est dit confiant dans sa capacité à réaliser, en 2017, une nouvelle année de croissance du chiffre d’affaires et des résultats.

Ces résultats confirment que la beauté représente toujours un segment porteur de la consommation de base.

Garder, Objectif : EUR 200

Kühne + Nagel (ISIN : CH0025238863 / prix CHF : 145.80)

Le spécialiste du freight publie ses résultats pour le 1er trimestre de l’année. Globalement corrects, ceux-ci font apparaitre un chiffre d’affaires en progression de 7% par rapport à la même période 2016 alors que le bénéfice net se replie légèrement. 

Le point à retenir est l’augmentation marquée des volumes dans tous les compartiments d’activité (maritime et aérien et terrestre). Le groupe dont l’activité couvre toute la chaine de valeur (planification, monitoring, transport, logistique, entreposage) est en train de grignoter des parts de marché. Avec une présence globale dans plus de 100 pays, la société dispose d’une infrastructure informatique de premier plan lui permettant d’offrir une grande qualité de service et un haut niveau d’efficience et d’intégration. 

Après une période difficile où les tarifs du freight ont été sous pression, les signes d’amélioration se font sentir. Dotée d’un bilan solide et sans aucune dette, la société offre aujourd’hui un rendement du dividende attractif de plus de 3.5%. La deuxième partie de l’année devrait permettre au groupe de transcrire dans ses résultats aussi bien l’amélioration des conditions générales du marché que les développements très positifs enregistrés au niveau du groupe. 

Acheter, objectif zone CHF  170 / 180.-

 

Télécharger le Flash Boursier en format PDF

 

Ce document, purement informatif, se base sur des informations récoltées auprès de sources considérées comme fiables et à jour, sans garantie d’exactitude ou d’exhaustivité. Les marchés et produits financiers sont par nature sujets à des risques de pertes importants qui peuvent s’avérer incompatibles avec la tolérance au risque du lecteur. Les performances passées reflétées cas échéant dans ce document ne sont pas des indicateurs de résultats pour le futur. Ce document ne constitue pas un conseil ou une offre d’achat ou de vente de titres ou de quelque produit financier que ce soit à l’intention du lecteur et n’engage ainsi en aucun cas la responsabilité de la Banque. La Banque se réserve le cas échéant le droit de s’écarter des avis exprimés dans ce document, notamment dans le cadre de la gestion des mandats de ses clients et de la gestion de certains placements collectifs. La Banque est une banque suisse soumise à la surveillance et à la réglementation de l’Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers (FINMA). Elle n’est ni au bénéfice d’une autorisation, ni surveillée par un régulateur étranger. Par conséquent, la diffusion de ce document hors de Suisse, comme la vente de certains produits à des investisseurs résidents ou domiciliés hors de Suisse, peuvent être soumis à des restrictions ou à d’éventuelles interdictions en vertu de lois étrangères. Il incombe au lecteur de se renseigner quant à son statut à cet égard et de respecter les lois et règlements qui le concernent. Nous vous conseillons de consulter des conseillers professionnels qualifiés notamment en matière juridique, financière et fiscale pour déterminer votre position par rapport au contenu de la présente publication.